France-Comics

Le forum de France-Comics
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mes 100 comics préférés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Mes 100 comics préférés   Mar 26 Juil 2016 - 11:22

Bonjour à tous. Je me présente rapidement pour ceux qui ne me connaissent pas : Doop, grand lecteur de comics depuis 40 ans et contributeur depuis plus de 10 ans sur le forum d'en face. Si cela ne vous dérange pas trop, j'aimerais bien poster ici ma liste de mes 100 comics préférés, des 100 trucs que je sauverais en premier en cas d'incendie, des titres qui m'ont le plus marqué, que ce soit dans ma jeunesse ou récemment, bref, ma bibliothèque idéale. Run, one-shot, mini série, TPB, VF, VO peu importe. Donc si vous êtes OK, j'essayerai de mettre par paquets de dix cette liste en commentant un petit peu histoire de finir avant la rentrée. Il est difficile pour moi de faire un classement, j'ai beaucoup de mal à dire quelle BD je préfère par rapport à une autre, en revanche, je pense que je classerai cette liste chronologiquement. Chaque comics sera accompagné d'une petite critique, chronique, parfois quelques lignes, parfois un gros placard de texte, selon l'envie. J'espère que ce sera l'occasion d'échanger et surtout de discuter calmement et sereinement comics en dehors de toute posture et de tout avis tranché jeté à la volée, ce que je déteste royalement et qui a tendance à m'agacer. Ca pourrait faire une sorte de bibliothèque idéale selon Doop en fait. Et rien ne vous empêche, bien évidemment de faire la même chose, de réagir, de proposer vous-même votre liste.

Je sais que ca fait un peu bizarre de débarquer ici comme un cheveu sur la soupe, mais après tout, le but est de partager sa passion avec le plus de gens possible, donc pour moi cela fait sens aussi d'aller voir un peu ailleurs.
J'espère vraiment pouvoir échanger et discuter sans aucun à priori.
Si vous êtes OK, dites le moi, à ce moment là je pourrais commencer dès lundi prochain sur la base de 10 comics deux fois par semaine. Merci beaucoup  albino


LA LISTE DEFINITIVE :
1964 Dr strange STRANGE TALES #130/141 (Stan Lee/Steve Ditko)
1966 Inhumans/Here comes Galactus/Black Panther/this man this Monster FF #44-51 (Stan Lee/Jack Kirby)
1967 AMAZING SPIDER-MAN #47-52 (Stan Lee/john Romita)
1970 Green Lantern/Green Arrow #76 (Dennis O'Neil/Neil Adams)
1971 Tomb of Dracula #12-14 (Marv Wolfman/Gene Colan/Tom Palmer)
1973 Jungle Action #6-18 Panther's rage (Don Mc Gregor/Rich Buckler-Billy Graham)
1975 Warlock #9-15 (Jim Starlin/Jim Starlin/Steve Leialoha)
1976 Howard the duck (6) (Steve Gerber/Gene Colan-Frank Brunner)
1978 Luther Arkwright (Bryan Talbot)
1982 Rom spacekngiht #31-32 (Bill Mantlo/Sal Buscema/Joe Sinnott)
1982 Camelot 3000 (Mike W. Barr/Brian Bolland)
1982 Death of captain marvel (Jim Starlin)
1982 v for vendetta (Alan Moore/David lloyd)
1982 X-Men god loves man kills (Chris Claremont/Brent Anderson)
1983 Daredevil 191 (Frank Miller/Frank Miller/Terry Austin)
1984 FF #262 trial of Reed Richards (John Byrne)
1984 Legion of super heroes #1-5 an eye for an eye (Paul Levitz/Keith Giffen-Steve Lightle/Larry Mahlstedt)
1984 New mutants #18-21 (Chris Claremont/Bill Sienkiewicz)
1984 Tales of Teen Titans #42-44 + annual 3: Judas Contract (Marv Wolfman/George Perez/Dick Giordano-Mike De Carlo)
1985 Death of jean dewolff (Spectacular Spider-Man #107-110) (Peter David/Rich Buckler/kyle Baker-Brett Breeding-Joe Rubinstein)
1985 crisis on infinite earths (9) (Marv Wolfman/George Perez/Jerry Ordway-Romeo Thangal)
1985 Squadron supreme #1-12 (Mark Gruenwald/Bob Hall-John Buscema-Paul Ryan/John Beatty)
1985 X-Men and Alpha Flight #1-2 (10) (Chris Claremont/Paul Smith/Bob Wiacek)
1986 Batman Dark Knight Returns #1-4 (Frank Miller-Klaus Janson)
1986 CEREBUS HIGH SOCIETY (Dave Sim)
1986 elektra assasin (7) (Frank Miller/Bill Sienkiewicz)
1986 Miracleman #11-16 : olympus (Alan Moore/john Totleben)
1986 watchmen (2) (Alan Moore/Dave Gibbons)
1987 Batman year one (Frank Miller/David Mazzuchelli)
1987 Kraven last hunt (JM De Matteis/Mike Zeck)
1987 The question #5 (Dennis O'Neil / Denys Cowan / Rick Magyar)
1987 THOR #380 (Walt Simonson/Sal Buscema)
1988 Animal Man #5 (Grant Morrison/Chas Truog/Doug Hazlewood)
1988 Stray Toasters (Bill Sienkiewicz)
1989 Alpha Flight #66 (Bill Mantlo / Hugh Haynes/ Gerry Talaoc)
1989 Batman: arkham asylum (Grant Morrison/Dave McKean)
1989 From Hell (Alan Moore/Eddie Campbell)
1989 Lex Luthor : the unauthorized biography (James D. Hudnall/ Eduardo barretto)
1989 Signal to noise (Neil Gaiman/Dave Mc Kean)
1990 Daredevil nocenti #278-282 (Ann Nocenti/ John Romita jr/Al Williamson)
1990 Shade the changing man #1-3 (Peter Milligan/Chris Bachalo/Mark Pennington)
1990 Thanos quest (jim Starlin/Ron Lim)
1991 Bone (Cool (Jeff Smith)
1991 Sandman #32-37 A game of you (Neil Gaiman/Shawn Mc Manus-Bryan Talbot-Coleen Doran/George Pratt-Dick Giardano-Stan Woch)
1992 Hulk future imperfect (Peter David / George Perez)
1992 Sandman #41-49 Brief Lives (1)
1993 Death the high cost of living (Neil Gaiman/Chris Bachalo/Mark Buckingham)
1993 enigma (3)
1994 Generation X #1-6 (Scott Lobdell/Chris Bachalo/Mark Buckingham)
1994 Starman #0-5 (James Robinson/Tony Harris / Wade Von Grawbadger)
1995 Astro City #1-5 (Kurt Busiek / Brent Anderson)
1995 Druid 1-4 (Warren Ellis/Leonardo Manco)
1996 Batman the joker devil's advocate (Chuck Dixon/ Graham Nolan/Scott Hanna)
1996 House of secrets (5) (Steve Seagle/Teddy Kristiansen)
1996 Kingdom Come (Mark Waid/Alex Ross)
1997 Transmetropolitan #13-18 (Warren Ellis/Darick Robertson)
1998 Batman no man's land #1 (Bob Gale/Alex Maleev)
1998 Black Panther #1-5 (Christopher Priest/Mark Teixeira-Vince Evans)
1998 Cassidy : blood and whiskey (Garth Ennis / Steve Dillon)
1998 Chase (D. Curtis Johnson/JH Williams III – Eric Canete- Yannick Paquette-Bob Hall-Charlie Adlard)
1998 Deadpool #11 (Joe Kelly / Pete Woods / Nathan Massengill-Al MIlgrom-Joe Sinnott)
1998 Inhumans #1-12 (Paul Jenkins/Jae Lee)
1998 Planetary #1-27 (Warren Ellis / John Cassaday)
1999 Deathlock #1-11 (Joe Casey/Leonardo Manco)
1999 Promethea #1-32 (Alan Moore/JH Williams III/Mick Gray)
1999 Rising Stars #1-24 (JM Straczynski / Keu Cha-Ken Lashley-Christian Zanier- Stuart Immonen- Brent Anderson )
1999 Top Ten #1-12 (Alan Moore/ Gene Ha-Zander Cannon)
2000 Empire #0-6 (Waid/Kitson/Pascoe)
2001 Action Comics #775 : What's so funny about truth, justice and American way (Joe Kelly/Doug Mahnke-Lee Bermejo)
2001 Alias 1-9 (Brian Bendis/Michael Gaydos)
2001 X-Force/X-Statix (4) (Peter Milligan/Mike Allred)
2002 Ultimates vol 1 (Mark Millar/Bryan Hitch/Paul Neary)
2002 Wildcats 3.0 (Joe Casey/Dustin N'guyen)
2002 wonder woman hiketeia (Greg Rucka/ J.G.Jones)
2002 Y the last man #1-5 (Brian K. Vaughan/Pia Guerra)
2003 Gotham Central #12-15 (Greg Rucka- Ed Brubaker/ Michael Lark / Stefano Gaudiano )
2003 Truth 1-7 (Robert Morales/Kyle Baker)
2004 BPRD #8-68 Plague of Frogs #8-68 (Mike Mignola-John Arcudi/Guy Davis)
2004 Superman secret identity (Kurt Busiek/ Stuart Immonen)
2005 All Star Superman (Grant Morrison/Frank Quitely)
2005 Fell #1-9 (Warren Ellis/Ben Templesmith)
2006 Casanova #1-7 : Luxuria (Matt Fraction/ Gabriel Bà)
2006 Mouse Guard Fall 1152 (Matt Fraction/ Gabriel Bà)
2006 Star Wars Legacy #1-50 (John Ostrander/Jan Duursema/Sean Parsons)
2007 omega the unknown (Lethem, Rusnak,Dalrymple)
2007 Scalped 1-5 (Jason Aaron/RM Guéra)
2007 Silent war (David Hine/Fraser Irving)
2008 I kill giants (Joe Kelly/J.M. Ken Nimura)
2009 Asterios Polyp (David Mazzuchelli)
2009 Marvel Divas (Roberto Aguirre-Sacasa/ Tonci Zonjic)
2009 Silver Surfer Communion (Dan Chariton-Stacy Weiss/ Milx, Lan Medina, David Yardin)
2009 The Unwritten #1-12 (Mike Carey/Peter Gross)
2010 Hellblazer Pandemonium (Jaimie Delano/ Jock)
2010 journey into mystery #622-626 (Kieron Gillen/Doug Braithwaite )
2010 Unknown Soldier # 21 (Joshua Dysart/Rick Veitch)
2012 x-men legacy #1-24 (Si Spurrier/Tan Eng Huat)
2013 Lazarus #1-4 (Greg Rucka/ Michael Lark)
2013 Young Avengers #1-13 (Kieron GIllen/Jaimie McKelvie/Mike Norton)
2014 Silver Surfer vol 7 #1-15, Marvel Comics (Dan Slott/ Mike Allred)
2014 Supreme Blue Rose #1-7, Image Comics (Warren Ellis/ Tula Lotay)


Dernière édition par doop le Dim 4 Sep 2016 - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soyouz
Admin
avatar

Nombre de messages : 23107
Age : 108
Localisation : une piste de décollage
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 26 Juil 2016 - 21:11

Et pourquoi ne pourrais-tu pas le faire ? Wink
Y a pas de fouille à l'entrée du forum, ici ! Wink

(en revanche si tu mettais tes acquisitions mensuelles dans les topics consacrés, ce serait pas mal Razz )

_________________
Je suis Charlie / "Fluctuat nec mergitur"

VIVE LA MAYENNE LIBRE !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://france-comics.com
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 26 Juil 2016 - 21:28

les acquisitions mensuelles, comment dire.....
New 52 m'a tué
Secret wars m'a achevé

plus de nouveautés pour le moment !
Wink

Ok, donc je prépare mes 10 premiers pour lundi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fred le mallrat

avatar

Nombre de messages : 3415
Age : 43
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Sam 30 Juil 2016 - 10:25

cheers Doopie cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Sam 30 Juil 2016 - 11:35

cheers freddie cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 2 Aoû 2016 - 16:59

Bon, pas d'affolement, j'ai du retard mais je ne pensais pas que cela prendrait autant de temps ! Le temps de faire des scans et de la relecture et ca arrive au plus tard Jeudi !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céd

avatar

Nombre de messages : 14202
Age : 39
Localisation : Le Mans (ou presque)
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mer 3 Aoû 2016 - 1:20

doop a écrit:
Le temps de faire des scans et de la relecture et ca arrive au plus tard Jeudi !!!!!!

De la relecture?!
Tu ne vas pas relire tous les albums d'ici jeudi, quand même?! Shocked
Wink Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mer 3 Aoû 2016 - 10:26

Ben, disons que je me suis fait un peu avoir ! Ca m'a donné envie de me replonger dans des trucs ! cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
psychocouac

avatar

Nombre de messages : 2210
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Jeu 4 Aoû 2016 - 0:01

Ouuéé! J'aime bien les listes moi!
Ce sera 100 singles ou 100 arcs? (plutôt des arcs j'imagine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Jeu 4 Aoû 2016 - 9:06

Ah ah, en fait, y'aura de tout !
En revanche, en ce qui concerne une série en entier ou un run très très long, je vais essayer d'extraire un arc en particulier, c'est pour ça que ca prend du temps. Par exemple, je ne mettrai pas AMAZING SPIDER-MAN #1-355 ou HULK par Peter David, j'essaye de trouver des épisodes ou des arcs significatifs du run !!! EN plus c'est chaud car ma première liste montait environ vers 200 trucs, il a fallu faire du vide ! Mais je vous expliquerai tout... en fin de matinée Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: TOP 100 #1 à 10   Jeu 4 Aoû 2016 - 10:19

doop a écrit:
Bon, alors voici la liste de mes TOP 100 COMICS. De fait, il n'y a pas vraiment beaucoup de surprises. Mais j'espère bien quand même attirer votre attention sur quelques comics en particulier.
Quelques éléments de précision : j'ai essayé, dans la mesure du possible de résumer une série en particulier par un arc ou un run, ce qui ne veut pas dire que d'autres moments de la série sont excellents (je les citerai d'ailleurs). Par exemple, plutôt que de mettre Spider-Man par Ditko et Romita, j'ai choisi un arc en particulier.
Ma première liste tournait autour de 150/200 comics, j'ai donc dû faire un gros gros tri, je mettrai je pense à la fin les laissés sur le côté de la route. Mais il a fallu faire des choix. J'ai donc essayé de ne pas mettre à chaque fois les mêmes auteurs (exception avec Moore et quelques autres) et de ne pas mettre à chaque fois la même équipe créative, sauf encore une fois rares exceptions.
Evidemment, je ne parle que de ce que j'ai lu, je n'ai pas tout lu en comics, et même si j'ai lu énormément de comics depuis 40 ans, j'ai encore quelques grosses lacunes, notamment en indépendant et en "oldies", vous remarquerez donc que la liste ne commence véritablement que dans les années 80. Je ne vois pas l'intérêt de parler de Terry and the pirates et de Prince Valiant alors que je n'en ai lu qu'un tout petit bout et que je n'ai pas assez de recul sur le sujet, cela ne signifie pas qu'il n'y avait pas de qualités à cette époque, juste que je n'ai pas assez de connaissances dessus pour faire un truc correct, de la même manière on peut y inclure les récits des années 50 pré comics code.
Il ne s'agit pas de la liste des meilleurs comics de l'univers, simplement une liste d'histoires qui, au moment de leur parution m'ont troublé, bouleversé, m'ont fait évoluer dans ma réflexion sur la manière d'aborder la bande dessinée.
J'ai voulu les mettre par ordre chronologique, mais je garde un top 10 pour la fin, donc certains numéros sont absents et seront abordés dans mon dernier post !

Voici donc la première partie de ma liste de 1964 à 1982

1.1964. Strange Tales #130/147. Dr Strange, Marvel Comics (Stan Lee / Steve Ditko)

Le DOCTOR STRANGE apparaît pour la première fois dans le magazine STRANGE TALES #110 , STRANGE TALES est un magazine un peu spécial puisqu’il regroupe en fait deux séries d’une dizaine de pages chacune. DOCTOR STRANGE, donc mais aussi les aventures de la TORCHE (qui aura un guest régulier : LA CHOSE à partir du #123) avant que les deux héros ne laissent la place à NICK FURY à partir du #135. STRANGE TALES finira sa vie au numéro 168 et la revue va changer de titre pour devenir DOCTOR STRANGE vol 1. Les premières aventures du docteur sont donc de petits récits de huit pages centrés sur la magie avec une histoire différente à chaque numéro mais dont la résolution est quasiment toujours la même : le docteur finit par se servir de son amulette magique ! Même s’ils ne sont pas parmi les plus passionnants, ces épisodes sont déjà signés par le tandem STAN LEE/STEVE DITKO et introduisent des personnages intéressants comme NIGHTMARE (dès le #110) et le BARON MORDO.
A partir du numéro #126, les histoires de STRANGE vont commencer à devenir à suivre d’un numéro sur l’autre, ce qui est un fait assez rare pour l'époque (même si il est déjà utilisé dans Fantastic Four) avec un arc introduisant le terrible DORMAMMU, démon à tête de flamme et surtout CLEA, l’intérêt amoureux de STRANGE. (STRANGE TALES #126/127, publiées dans STRANGE SPECIAL ORIGINES 172).
A l’issue du numéro 14 , LEE et DITKO vont laisser leur place à une tripotée de scénaristes et de dessinateurs (DENNY O’NEIL, DAN ADKINS, GEORGE TUSKA, ROY THOMAS) ; qui vont officier jusqu’à la transformation de STRANGE TALES en DOCTOR STRANGE à partir du numéro #169. Cette série connaîtra de très nombreux volumes et renumérotations jusqu'à aujourd'hui !
A noter qu’en 1984, lancé par les fabuleux épisodes de l’ère STERN/SMITH/GREEN, MARVEL va rééditer la saga de DORMAMMU (en changeant un peu la fin) dans quatre numéros de DOCTOR STRANGE CLASSIC avec des couvertures de JOHN BYRNE , des articles de ROGER STERN dans chaque numéro et des PIN UP d’artistes renommés qui reprendront l’intégralité de la saga. Ces quatre numéros ont été publiés en France dans les MARVEL FANFARE SPECIAL #1 et #2 en 1984 mais aussi dans le magazine ECLIPSO en 1974 ainsi que dans les pages de STRANGE SPECIAL ORIGINES pour les numéros 139/140/141 en Octobre 1983.


A la relecture, cette saga est vraiment très réussie. Non seulement elle annonce toutes les bases du mystique Marvel et de son univers avec des concepts très abstraits comme ETERNITE, mais de plus le rythme et la narration sont tout bonnement passionnants. Il faut dire que Stan Lee n'a vraisemblablement pas grand-chose à voir avec l'histoire, intégralement pensée et dessinée par Steve Ditko, dont le style convient à merveille ici. Lee se contente simplement de poser des dialogues et il le fait très bien. C'est réellement l'une des meilleures histoires à suivre du Marvel "vintage" et en tout cas l'une des plus passionnantes. Bien sûr, on ne développe pas de critique de la société, les comics Marvel n'étaient pas encore assez connus pour cela, mais c'est très bien effectué. A noter que vous pouvez trouver cette SAGA en VO dans les Masterworks Marvel ou dans certainement de futures rééditions, le film débarquant à la rentrée.

Les titres écartés de la liste au profit de celui-ci  :
-Dr Strange #17-19 (1976) (Englehart, Colan, Palmer) pour le bicentenaire de la création des USA, où Strange et Cléa retournent dans le passé et où cette dernière a une aventure avec… Benjamin Franklin !

-Triumph and Torment (1989)  (Stern, Mignola, Badger) où Strange part avec Fatalis chercher la mère de celui-ci en enfer !
De fait, la série Dr Strange a toujours été d'une excellente qualité, que ce soit avec Lee, Englehart, Stern , Green, Guice.


2. 1966.FANTASTIC FOUR #44-51, Marvel Comics  (Stan Lee/ Jack Kirby)

En ce qui me concerne, ces huit numéros font partie de la légende des comics ! En effet, on a droit coup sur coup à deux arcs de haute volée, qui correspondent certainement au moment où Lee et Kirby atteignent leur apogée créatrice sur ce titre, donnant des concepts mais aussi des histoires absolument mémorables et introduisant des personnages qui font encore l'actualité aujourd'hui. Cela commence par l'introduction des inhumains pour une longue aventure (#44-47), suivie immédiatement par l'arrivée de Galactus et du Silver Surfer. C'est tout simplement grandiose : les planches de Kirby sont phénoménales, l'action est omniprésente et c'est peut-être tout simplement le premier "blockbuster" de l'ère Marvel (#48-50). Et paradoxalement, cette aventure est encore plus mise en lumière par l'épisode 51, "This Man this Monster" qui nous livre un aspect intime et psychologique de la personnalité de Ben Grimm et qui nous montre que les deux auteurs peuvent aussi livrer des histoires moins cosmiques mais tout aussi excellentes.



Titres écartés au profit de celui-ci :
On aurait aussi pu mettre dans cette liste les trois épisodes suivants (#52-54), avec la panthère noire.


3. 1967. AMAZING SPIDER-MAN #47-52, Marvel Comics (Stan Lee/ John Romita sr)

J'ai longtemps hésité car de fait, les aventures "vintage" de l'homme araignée n'ont pas vraiment vieilli (contrairement à Thor, aux Avengers, etc…) et peuvent encore se lire sans grosse difficulté aujourd'hui. Difficile donc de trouver une période significative et j'ai donc préféré mettre cette arche narrative-là plutôt que ASM #31-33 par Lee et Ditko qui elle aussi résumé bien le personnage de l'époque, tiraillé entre sa tante, ses petites amies et ses devoirs d'homme araignée, pour la simple raison que l'équipe Lee/Ditko a déjà été citée plus haut. De plus, John Romita sr est l'une des références sur Spider-Man, son design étant limite canonique pour les générations à venir. Dans ces six épisodes (que l'on a pu relire dans les vieux Strange), on a tout ce qui fait de Amazing Spider-Man et de Peter Parker un héros différent. En effet, c'est l'une des toutes premières séries où l'on s'intéresse de fait beaucoup plus au personnage derrière le masque qu'au héros en lui-même. On y voit un Peter Parker malade en train de se battre contre ses pires ennemis, le Vautour, Kraven et même le Caid et Norman Osborn viennent faire une apparition. On y trouve aussi le fameux "spider-man no more" (ASM #50) qui peut résumer à lui seul l'existence du personnage ainsi que le fameux "Team up" entre SPidey et JJ Jameson (le tout premier) contre le Caïd. On peut dire ce qu'on veut, la série n'a pas faibli après le départ de Ditko, signe que certainement Lee y était aussi pour quelque chose. Les dessins de Romita sont vraiment très réussis aussi.

Titres écartés au profit de celui-ci :
- AMAZING SPIDER-MAN #31-33 qui sont à peu près dans la même veine, le trio Peter/MJ/Gwen étant remplacé par Peter/Betty/Ned Leeds.
- AMAZING SPIDER-MAN # 56-68 des mêmes Lee et Romita qui voient une intrigue au long cours et des épisodes vraiment rondement menés avec les deux vautours, la tablette du Caïd et qui se termine par Crisis on the campus, qui nous rappelle que Stan Lee a énormément lutté en son temps pour les droits civiques à sa manière !


4. 1970 GREEN LANTERN/GREEN ARROW #76, DC Comics (Dennis O'Neil/Neal Adams/Frank Giacoia)

J'ai très longtemps hésité avant de mettre ce numéro, pourtant mythique puisqu'il s'agit d'un des plus emblématiques de l'époque. En effet, alors que les ventes de Green Lantern vivotaient et que le super-héros combattait des monstres dans l'espace, l'éditeur Julius Schwartz donne carte blanche à Dennis O'Neil et au dessinateur Neil Adams pour relancer la série, qui devient alors Green Lantern/Green Arrow pour l'occasion. Les deux auteurs, très engagés politiquement, nous proposent alors quelque chose d'assez nouveau (même si déjà effleuré par Stan Lee en face) : un comics réaliste, où les deux héros vivraient des aventures très terre-à-terre et en lien avec les problèmes de l'époque. Cela tombe très bien car Neal Adams est au maximum de sa virtuosité graphique, avec bien évidemment un ton hyper réaliste qui influencera à l'avenir de grands noms comme Bill Sienkiewicz.
Dans cette aventure, Green Lantern va intervenir alors qu'un homme blanc se fait agresser par plusieurs noirs, pour découvrir qu'en réalité ce dernier est un propriétaire véreux, qui fait vivre ses locataires dans des conditions inacceptables. L'un des locataires lui fait alors la remarque suivante (à peu de choses près) :" tu règles les problèmes des gens à la peau violette, jaune, bleue qui habitent à des millions d'années lumières de là, mais qu'as-tu-fait pour les gens à peau noire qui sont à 100 mètres de chez toi ? ".
On a de fait une opposition assez marquée entre Green Lantern alias Hal Jordan, soldat et qui respecte les règles avant tout et son acolyte Green Arrow, dont la sensibilité tend beaucoup plus à gauche. Les deux héros décident alors de partir faire un tour des Etats-Unis avec un gardien de l'univers (l'un des patrons de Green Lantern) histoire de prendre conscience des réels problèmes. C'est assez intéressant et pour le fait, assez inédit. Après, les épisodes qui suivent sont un petit peu tous dans la même veine, avec des dessins absolument magnifiques mais pour moi le scénario est un peu lourd. En effet, O'Neil se lâche et ne fait pas dans la dentelle, abordant des problèmes sur les Indiens, la surpopulation, la justice, la drogue mais c'est assez tranché et lourd à mon sens. Après, si l'on contextualise ce comics, c'est bien évidemment une grande avancée par rapport à un discours très peu engagé dans les comics mainstream de l'époque, et je comprends bien qu'il faille secouer le cocotier assez violemment, tout du moins au départ. Reste que ces épisodes ont un peu mal vieilli en termes de narration, contrairement aux dessins, absolument fantastiques !  Ce numéro est de toute façon un tournant dans l'histoire du comic-book !

Titres écartés au profit de celui-ci :
- Détective Comics #400-405 (1970) de la même équipe artistique (et Frank Robbins) et qui propose un traitement similaire à Batman, nous dévoilant une histoire vraiment bien troussée autour d'un méchant emblématique du "caped crusader", à savoir Man-Bat.


5. 1973. TOMB OF DRACULA #12-14, Marvel Comics (Marv Wolfman/Gene Colan/Tom Palmer)

Après une douzaine d'épisodes assez moyens, c'est à partir de ce moment que la série TOMB OF DRACULA, l'une des rares à l'époque à donner le premier rôle à un véritable méchant, prend son envol. En effet, après de nombreux changements de scénaristes et d'encreurs, c'est l'arrivée définitive du trio Wolfman/Colan/Palmer qui va faire des merveilles aussi bien au niveau des graphismes que de l'histoire. Il faut dire que cela doit être assez difficile de trouver une direction à une série de ce type, et Wolfman y arrive très bien en laissant Frank Drake, le héros supposé du début, et en donnant une importance primordiale aux personnages qui l'entourent, je parle de Quincy Harker, Rachel et bien évidemment Blade ! Cet épisode #12 marque aussi la mort d'un personnage important, qui va renforcer la cohésion de l'équipe et qui ressemble un peu à ce que Claremont fera avec Proudstar quelques années plus tard. S'en suit un épisode de pure vengeance, suite directe du numéro 12 qui voit Blade enfoncer un pieu dans le cœur de Dracula, qui revient à la vie le mois suivant grâce à l'hystérie d'un prédicateur des routes !
Autant les dessins d'Adams avaient un style réaliste, autant Gene Colan se permet quelques entorses à la réalité mais cela fonctionne aussi bien. De plus, son travail (notamment sur les visages) est magnifié par l'encrage de Tom Palmer qui est le meilleur complément que l'on peut donner à Colan à cette époque (même si j'aime Janson et Smith aussi). J'ai mis ces toris épisodes en exergue car ils lancent véritablement la série, mais de fait, vous pouvez tout lire jusqu'au numéro #70 qui signe la fin de l'aventure, tout est quasiment excellent. Wolfman prouve qu'il sait gérer des séries au long cours et Colan nous gratifie certainement d'un de ses meilleurs travaux. Graphiquement c'est impressionnant !

Titres écartés au profit de celui-ci :
TOMB OF DRACULA #15-70 (1973) : allez-y les yeux fermés, même si les personnages et les décors ont un peu vieilli, c'est une série magnifique avec très peu de temps morts.


6. 1973. JUNGLE ACTION #6-18 Marvel Comics, (Don Mc Gregor/ Rich Buckler-Gil Kane-Billy Graham / Klaus Janson, P Craig Russell, Dan Green, Pablo Marcos, Bob Mc Leod)

Lu assez récemment (il y a à peu près un an ou deux quand l'ESSENTIAL BLACK PANTHER est sorti), et il est vrai que cette histoire qui court sur une petite douzaine de numéros est assez impressionnante. C'est, je crois, l'un des tout premiers travaux réguliers de Don Mc Gregor, alors relecteur chez Marvel, à qui l'on donne sa chance sur un titre mineur (qui ne réditait que des histoires des années 50) avec une seule condition : que l'action se passe au Wakanda avec Black Panther. Et pour l'un de ses premiers essais, c'est absolument magistral ! Mc Gregor est assez inconnu et sous-estimé, mais le travail qu'il accomplit ici est tout juste impressionnant. Derrière une structure assez classique (un affrontement entre T'Challa et Erik Killmonger, qui veut prendre le pouvoir au Wakanda et qui entraîne à chaque épisode un combat entre la panthère et l'un des alliés de Killmonger), le scénariste se permet de développer non seulement les personnages principaux mais aussi les personnages secondaires, comme Monica Lynne ou encore les différents conseillers de T'Challa. Là aussi on a un traitement assez réaliste, bien loin de ce qu'avaient proposé Lee et Kirby dans Fantastic Four, ou même Thomas et Buscema dans les pages d'Avengers.
Mc Gregor met notre héros à rude épreuve et c'est à ma connaissance, la première fois que je vois un personnage principal aussi malmené, même Spider-Man n'a pas eu autant de misères en quelques épisodes. De plus, ce que j'aime vraiment dans ces épisodes, c'est que Mc Gregor dresse des portraits tout en nuance de ses personnages qui ne sont jamais ni tout blancs, ni tout noirs. De Black Panther à Killmonger, tous les personnages ont des doutes, des failles, des défauts ou des qualités. Même Killmonger possède une motivation légitime pour intervenir (il reproche à Black Panther de ne pas avoir sauvé la vie de son père quelques années plus tôt). Cerise sur le gâteau, on a droit à une vraie visite du Wakanda, pays qui n'avait été jusqu'ici que trop superficiellement décrit et on est bien loin de la techno-jungle ! On est tout de suite pris dans les décors et on ressent toute l'humidité et l'ambiance poisseuse du Wakanda. Car non seulement Don Mc Gregor nous propose une histoire de haute volée, mais il est accompagné par deux grands artistes qui livrent des planches remarquables. L'arc commence en effet par des pages signées Rich Buckler qui est tout simplement excellent dans ses cadrages, ses splash pages et ses compositions surprenantes, on est en plein dans les années 70 et on pourrait tout à fait rapprocher son travail de celui de Steranko ! Il est remplacé par Billy Graham, artiste qui s'est fait trop rare et qui reste tout à fait dans le ton, même si c'est peut-être un peu moins tape-à-l'œil que le travail de Buckler !
Il n'y a rien à dire, c'est une très grande bande dessinée, qui fait à mon sens évoluer un peu les titres Marvel vers un peu plus de réalisme.

Titres écartés au profit de celui-ci :
- NICK FURY, agent of SHIELD #155-168. (1967) qui en dehors de la maestria graphique de Jim Steranko me semble quand même moins évolué en terme d'histoire.


7. 1975 WARLOCK #9-15, Marvel Comics (Jim Starlin/Jim Starlin/Steve Leialoha).

A partir des années 70, les comics font donc leur crise d'adolescence et une toute nouvelle ligne d'auteurs, dix à vingt ans plus jeunes que leurs aînés, prennent le pouvoir. Ces derniers ont vécu le Vietnam et ont une conscience politique assez aigue (comme on a pu le voir avec Dennis O'Neil) et c'est exactement ce que nous propose le WARLOCK de Jim Starlin. Ce dernier, derrière un aspect cosmique vraiment très prononcé (son héros ne remet plus les pieds sur la Terre (ou la contre-Terre) et reste, contrairement à ce que l'on peut voir actuellement dans les Gardiens de la Galaxie qui passent leur temps sur notre planète, tout le temps dans l'espace avec des créatures vraiment bizarres. Il faut dire que la drogue est aussi l'un des éléments présents dans le travail de Starlin (celui a avoué être sous influence lors de ses travaux) et cela se voit ! Le dessinateur/scénariste nous propose des tonnes d'idées bizarres, de personnages issus de son imagination la plus profonde, comme ses personnages avec une seule tête et des petits bras, où les différents trips de Warlock à l'intérieur de son propre esprit. Mais résumer Warlock à une série hallucinatoire n'est pas juste non plus ! En effet, Starlin nous donne aussi sa vision du pouvoir, de l'église et de l'asservissement d'une culture par une autre avec l'église de la vérité, une secte sensée détenir la vérité universelle et qui est, de plus, dirigée par MAGUS, qui n'est rien d'autre qu'une version futuriste de notre héros ! C'est assez dérangeant et une véritable première dans l'histoire des comics Marvel où le pire ennemi du héros est littéralement … lui-même (Peter David reprendra ce concept avec le Maestro dans Incredible Hulk) ! Starlin pousse tous les concepts à l'extrême et ne peut s'empêcher d'introduire pour son final Thanos, la personnification du nihilisme (bien loin de ce qu'on peut entrevoir dans les films Marvel). Quoi d'étonnant à ce que notre odyssée se termine par la mort du héros.
En dehors de tous ces aspects, on ne peut qu'être admiratif devant les dessins très détaillés de Starlin qui confirment le côté très personnel de cette œuvre. Là aussi, nous avons un comic-book et un auteur (comme Steve gerber) qui est totalement représentatif d'un certain esprit de l'époque et à influencé toute une génération d'auteurs mais aussi de lecteurs.

Titres écartés au profit de celui-ci :
- MAN THING #1-22 (1974) avec un autre grand représentant de la contre-culture de cette période et avec une conscience politique encore plus aiguisée, Steve Gerber !


8. 1976  ?
Ce titre sera dévoilé lors de la dernière liste car il fait partie de mon TOP 10 !!!!! Avec les évènements de l'année en question aux USA, il ne devrait pas trop être difficile à identifier.

9. 1978. THE ADVENTURES OF LUTHER ARKWRIGHT, Dark Horse (Bryan Talbot)


Lorsque je me suis essayé à mes premières critiques Comics, il y a une bonne dizaine d'années j’avais parlé du premier volume du CŒUR DE L’EMPIRE , publié par KYMERA, et j’avais eu beaucoup de doutes. C’était bien, certes, mais j’avais l’impression que quelque chose manquait et surtout j’avais très peur que cette série n’aille pas jusqu’au bout ! Un forumer (rendons gloire à Mr NIX) m’avait alors fait la réflexion que quand même, AU CŒUR DE L’EMPIRE c’était franchement bien, même si ce n’était pas du niveau de LUTHER ARKWRIGHT , que j’étais un peu dur. En fait, je ne savais rien de cette série et je pensais naïvement que c’était le début d’une histoire et pas sa suite ! Forcément, il me manquait des choses, à savoir un livre qui racontait des aventures situées dans le passé de L’EMPIRE (on ne peut pas tout savoir…).
Je me fis la promesse de le lire un jour. Et puis je le trouvai dans une boutique quelques années plus tard ! Et quel choc !
LUTHER ARKWRIGHT est un assez vieux concept (1978), qui a permis à l'auteur britannique BRYAN TALBOT de gagner ses titres de noblesse, inspirant même ALAN MOORE et autres GAIMAN. TALBOT venait (presque) de créer le concept du « graphic novel » avant tout le monde.
Et dieu sait qu’il a des qualités, ce livre. On peut parler de livre car c’est une bande dessinée très littéraire, avec parfois des planches entières de textes et qu'on ne peut pas lire en dix minutes. Et rien de bien surprenant puisque j’ai appris bien plus tard que TALBOT voulait en fait utiliser au départ le personnage de JERRY CORNELIUS de l'auteur de science-fiction MICHAEL MOORCOCK pour faire une BD, mais qu’en voyant la foule de concepts qui s’ouvraient à lui, il s’en était peu à peu éloigné.
Pour tous ceux qui ne connaitraient pas encore, Michael Morcook est non seulement un auteur de science-fiction très prolifique (Hawkmoon, Elric), mais aussi l'un des précurseurs des univers parallèles et du passage entre les dimensions !
L’histoire est assez compliquée : LUTHER ARKWRIGHT est un être unique, le seul qui n’ait pas d’équivalent dans les différentes versions de la terre, le seul à pouvoir passer d’une dimension à l’autre sans l’aide de machines, ce qui fait le lui l’agent principal du WOTAN, une police chargée de protéger les dimensions parallèles. Quand les disrupteurs (une faction qui armée tente d’imposer sa loi sur les différentes terres) projettent d’anéantir le multiverse, ARKWRIGHT et ses alliés vont devoir intervenir, quitte à provoquer une guerre universelle.
Ce qui est terrible, c’est que même trente ans plus tard, ce LUTHER ARKWRIGHT semble toujours aussi innovant, esthétique et recherché. Comme je le disais, TALBOT enchaîne cadrages surprenants, placarde des textes entiers illustrés, tente des astuces visuelles (utilisation des silences) pour faire de cette BD une œuvre véritablement originale et qui garde tout son sens et toute sa fraîcheur près de trois décennies plus tard !
Talbot est en plus un dessinateur hors pair, au style réaliste très détaillé et très fin qui explose véritablement sous nos yeux. Profitez-en, une intégrale de LUTHER ARKWRIGHT mais aussi de HEART OF EMPIRE est ressortie en VO très récemment !
En tout cas, c’est un must pour tous les lecteurs de SF et tous les admirateurs de Bande dessinée. Là aussi, une bande dessinée exigeante, qui nous fait réfléchir et qui propose une véritable expérience de lecture.

10. 1982. ROM SPACEKNIGHT #31-32, Marvel Comics (Bill Mantlo/Sal Buscema/Joe Sinnott)

 
Couverture de STRANGE 137 ; merci à COMICVF !
J'avais envie de mettre du Rom non seulement pour rendre hommage à Bill Mantlo, scénariste qui a arrêté d'écrire des comics à la suite d'un accident de roller mais aussi à l'un de mes dessinateurs préférés, Sal Buscema. Je sais, cela peut paraître bizarre de préférer Sal Buscema à son frère John mais je trouve que c'est vraiment un dessinateur comme je les aime ; toujours prêt, toujours à l'heure et finalement un style peut être pas vraiment tape à l'œil mais qui fait le job, surtout quand il est bien encré et c'est le cas ici avec Joe Sinnott.
C’est une série un peu spéciale dans la mesure où MARVEL ne détient pas les droits du personnage, puisque ROM est à la base un jouet inventé par BING MC COY et RICHARD LEVY qui le vendent à la compagnie PARKER BROTHERS. Le jouet s’appelait originalement COBOL (du nom du langage informatique) mais PARKER BROTHERS va changer son nom en ROM (Read-Only-Memory). Ce jouet était une première pour PARKER BROTHERS qui n’avait auparavant crée que des jeux de plateau (MONOPOLY entre autres) et la compagnie , un peu frileuse sur le sujet, va essayer de fabriquer le jouet le moins cher possible, ce qui donnera un résultat décevant, avec très peu d’articulations et deux gros yeux rouges symbolisés par des LED (alors qu’ils étaient censés être verts au départ, mais les LED rouges coutaient moins cher…).Afin de faire de la publicité, PARKER BROTHERS demande à MARVEL de créer un COMIC BOOK basé sur son personnage. La base de l’histoire selon PARKER BROS est très simple : ROM est un membre de l’ordre SOLSTAR, qui combat les méchants DIRE WRAITHS (Spectres noirs) et c’est à peu près tout. Ce sont donc les auteurs de la MARVEL qui vont faire de ROM un CYBORG , lui donner une origine et le faire interagir avec les différents personnage de l’univers de STAN LEE. Si ROM est toujours sous licence PARKER BROS, tous les autres personnages de la série sont des copyrights de la MARVEL.
Le jouet est un échec total, vendu à peine à 200 000 exemplaires, ce que BING MC COY imputera à la faiblesse du packaging et au peu de publicité faite autour du jouet.
PARKER BROTHERS arrête donc la ligne après une seule tentative et retourne fabriquer des jeux de société.
La série quant à elle , va durer 75 numéros et quatre annuals. ROM devient un personnage de la continuité MARVEL, interagissant avec les plus grands héros de la firme, ce qui va poser certains problèmes de droits. En effet, vu que c’est PARKER qui possède toujours les droits de ROM, MARVEL ne peut plus faire apparaître son personnage dans les comics, ni même les réimprimer. Par exemple, un numéro de POWER MAN et IRON FIST dans lequel apparaît le chevalier de l’espace a été tout simplement retiré de l’ESSENTIAL POWER MAN & IRON FIST, qui réimprimait les épisodes de cette série. MARVEL a tant bien que mal essayé de contourner le problème, en créant dans les années 90 une mini-série SPACEKNIGHTS qui met en scène un pseudo-ROM qui n’a pas le même nom et dont l’armure a été relookée, mais sans grand succès
On peut apercevoir de temps en temps certains clins d’œil au chevalier de l’espace, notamment dans la production de PETER DAVID ; qui n’hésitera pas à le faire apparaître (sans donner son nom) sous sa forme humaine au mariage de RICK JONES et MARLO CHANDLER. Plus tard, dans la série CAPTAIN MARVEL vol 3 ; on peut apercevoir un grille pain qui a la forme du casque de notre héros chez RICK JONES.
On peut le revoir aussi dans EARTH X (ALEX ROSS- JIM KRUEGER- DOUGIE BRAITHWAITE), où ce dernier (toujours sous sa forme humaine) est emprisonné dans les limbes.
Récemment, IDW a récupéré les droits du personnage et propose une nouvelle série qui s'inspire uniquement du traitement PARKER BROS (ils ne peuvent donc pas réutiliser les personnages Marvel ni les autres chevaliers). Pour le moment, c'est loin d'être très convaincant.
ROM a été publié en France dans le magazine STRANGE pendant quatre ans, mais beaucoup de ces épisodes ont été complètement retouchés ou censurés en raison de la violence ou de l’aspect répugnant de certains ennemis du chevalier de l’espace. Les lecteurs Français n’ont d’ailleurs jamais connu la fin de la saga, dont la traduction s’arrête au numéro 48 et ROM reste dans l’esprit des lecteurs de cette époque un excellent souvenir. A la relecture, la série ROM (qui a certains défauts évidents) propose parfois de splendides histoires et d’intenses moments de bande dessinée.
Si elle n’atteint jamais des sommets, elle nous offre néanmoins une saga de bonne qualité fait par des auteurs, qui eux aussi sans être géniaux donnent leur meilleur. Le seul problème reste véritablement la fin gâchée par le scénario de MANTLO qui n’a plus vraiment d’idées et la piètre prestation de DITKO, absolument pas à l’aise avec ces cyborgs métalliques.
Et tout bien considéré, les noms des artistes qui ont participé à la série est assez impressionnant. En dehors des deux dessinateurs principaux (SAL BUSCEMA du #1 au #59 et le légendaire STEVE DITKO qui reprendra (malheureusement)les rênes jusqu’à la fin) , on pourra noter les noms de AL MILGROM, AKIN & GARVEY, P.CRAIG RUSSEL, JACKSON GUICE, JOHN BYRNE, BOB LAYTON , MICHAEL GOLDEN et BILL SIENKIEWICZ au casting de la série.
On peut distinguer plusieurs périodes dans la série, qui correspondent plus ou moins à l’arrivée de nouveaux rédacteurs en chef, qui vont à chaque fois donner une nouvelle direction au personnage, toujours scénarisé par BILL MANTLO…


MALICIA, ROM et HYBRID pour l’un des grands moments de la série
J'ai choisi de mettre en valeur l'épisode en deux parties concernant Hybrid et les X-Men car ils sont les tout premiers d'ANN NOCENTI alors rédactrice en chef des X-MEN et qui va donner une direction beaucoup plus mystique et magique à la série. Elle va plonger nôtre héros au cœur d’une macabre machination initiée par les spectres sorciers. Mais avant, elle nous offre avec MANTLO le retour de HYBRID (un personnage déjà apparu dans ROM #10), qui affronte non seulement ROM, mais en plus la CONFRERIE DES MAUVAIS MUTANTS et en particulier MYSTIQUE, DESTINEE et MALICIA ! Ces épisodes sont tout bonnement excellents, MANTLO arrivant à capturer l’esprit des personnages de cette confrérie, notamment celui un peu plus ambigu de MALICIA, qu’il décrit comme une jeune femme fragile qui ne sait pas trop où elle en est (elle rejoindra d’ailleurs quelques temps plus tard les X-MEN et passera du côté des « gentils »). Ces épisodes sont vraiment très prenants et procurent encore aujourd'hui une émotion un peu malsaine pour une série mainstream. Je voulais la mettre en valeur avec cette liste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Colin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5224
Age : 46
Localisation : Orne
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Jeu 4 Aoû 2016 - 12:54

Je sens que je vais beaucoup aimer ce post.
Bravo et merci. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Jeu 4 Aoû 2016 - 14:56

merci, la suite certainement mardi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SgtPépère

avatar

Nombre de messages : 10377
Age : 42
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Jeu 4 Aoû 2016 - 18:44

Houlà, mais c'est énorme !

Faudra pas que j'oublie de prendre le temps de lire tout ça. Respect !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onirique.free.fr
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: top 100 partie 2    Lun 8 Aoû 2016 - 12:23

11. 1982 CAMELOT 3000, DC Comics (Mike W Barr / Brian Bolland)

Derrière cette histoire de science-fiction (où le roi Arthur revient à la vie en pleine invasion de la Terre par des extraterrestres) se cache beaucoup d'innovations. En effet, il me semble que c'est la toute première maxi-série de DC (c’est-à-dire une série limitée de plus de 6 épisodes) qui va de plus ouvrir la voie à toutes les maxi-séries qui vont fleurir chez l'éditeur les années suivantes comme CRISIS ON INFINITE EARTHS ou encore WATCHMEN. Il s'agit aussi de l'un de ses premiers comics à n'être vendu que sur le "direct market", à savoir uniquement les magasins spécialisés de comics. Car oui, on a un peu tendance à l'oublier, mais le but premier des magasins de comics était surtout de développer une offre différente de celle des super-héros, de mettre en avant des séries un peu plus ambitieuses. Quand on voit ce que c'est devenu actuellement… mais bon, ce n'est pas le sujet ici.
C'est aussi l'un des tout premiers travaux Américains du dessinateur Brian Bolland, au style fin et réaliste, qui va devenir très rapidement une superstar des comics. On ne peut que regretter que son rendement ne lui permette pas de produire plus de quelques couvertures par an !
C'est aussi l'une des histoires qui a ouvert la voie à tous les auteurs Britanniques qui vont débarquer dans les mois suivant la publication de la série, et pas des moindres puisqu'on parle de Jaimie Delano, Alan Moore, Grant Morrison, Peter Milligan puis Neil Gaiman, Garth Ennis etc….
A ce titre, je pourrais même décréter que ce CAMELOT 3000 est le tout premier titre Vertigo non officiel !
Mais revenons à l'histoire. Barr (qui avait déjà proposé cette idée à Marvel) essaye d'être historiquement précis (il a demandé des conseils à son prof d'histoire) et pousse le bouchon assez loin. En effet, derrière une trame assez classique (des humains contre des aliens, un leader qui s'élève) le scénariste propose des thèmes assez novateurs pour l'époque, voire même très osés. Nudité (renforcée par des dessins sublimes de Bolland), homosexualité (puisque Tristan, l'amant d'Yseult se retrouve réincarné en… une femme) et un très joli discours sur la guerre, la tolérance et le sacrifice. Cela fait beaucoup en douze numéros et je dois vous avouer qu'à la lecture (lors de sa publication en France dans le magazine AREDIT du même nom), cela m'avait fait un choc.
Tout est réussi dans cette bande dessinée que je conseille absolument, c'est l'un des musts des comics et ce n'est pas loin d'être dans mon TOP 10.



12. 1982 DEATH OF CAPTAIN MARVEL, Marvel Comics (Jim Starlin)


Voici aussi une œuvre assez fondatrice dans le monde des comics, mais du côté de chez Marvel cette fois-ci. C'est Jim Starlin, dont on a déjà précédemment évoqué le Warlock qui nous livre ce "graphic novel" (là aussi c'est l'un des tout premiers, voire le premier de l'ère moderne), c’est-à-dire un récit d'une soixantaine de pages auto-contenu.
Il nous raconte la mort d'un super-héros emblématique de la firme (puisqu'il porte son nom) de la mort la plus commune qu'il soit : le cancer !  
Starlin ose pour l'une des toutes premières fois confronter les super-héros (qui peuvent tout faire) à la maladie et c'est vraiment très poignant. Il faut dire qu'après WARLOCK, Starlin a livré un run d'anthologie sur Captain Marvel et qu'il le connaît mieux que personne.  Ici il laisse tomber les concepts et livre une histoire sans concessions, dont la fin est fatale et qui a tellement marqué le genre que jusqu'à maintenant personne n'a osé ressusciter le héros; c'est d'ailleurs l'un des derniers à ne pas avoir vu sa mort réduite à une retcon avec Gwen Stacy, les parents de Bruce Wayne et l'oncle Ben (Bon, cela n'aurait pas été le cas si Geoff Johns avait travaillé pour Marvel tellement ce dernier à l'habitude de retconner toutes les morts de héros emblématiques !!!!  ).
Peut-être moins réaliste et moins mature que ce qui se passait au même moment chez la Dinstiguée Concurrence, je pense que ce Death Of Captain Marvel a permis à toute une frange mainstream de se prendre une bonne dose de réalité en pleine figure.

13. 1982 GOD LOVES, MAN KILLS, Marvel Comics (Chris Claremont/Brent Anderson)


Vous vous rendez compte de tous ces chefs d'œuvres qui ont débuté en 1982 ? Personnellement cela me rend nostalgique à une époque où le seul fait marquant de l'année est le cent-quatorzième reboot d'une série.
Pour le coup, ce "graphic novel" me semble être la quintessence de l'œuvre de Claremont sur les X-Men, plus encore que le Dark Phoenix Saga puisqu'il est uniquement installé autour de la notion de rejet de l'autre. C'est là que WIllim Stryker lance une chasse absolue et sans aucune pitié aux mutants, qui se retrouvent complètement ostracisés, détruits, torturés et laissés sur le bord de la route. Ce qui est aussi intéressant dans l'œuvre de Chris Claremont c'est que, contrairement au nihiliste Starlin, le premier laisse toujours une porte de sortie en ce qui concerne la bonne foi de l'être humain. Rien n'est tranché, toutes les lignes se mélangent et chaque intervenant de l'histoire, bon ou méchant, a ses propres motivations. Ce qui est bien avec ce genre de récit c'est qu'on peut bien évidemment le rattacher à n'importe quelle minorité actuelle ou passée. Claremont fait un parallèle sans équivoque avec la shoah et l'extermination des juifs mais cela aurait aussi bien pu être les homosexuels, les noirs que cela n'aurait rien changé au propos. C'est aussi la première fois (même si cela avait été travaillé depuis très longtemps sur la série principale) que Magneto sort de son rôle de méchant basique pour devenir un personnage qui simplement a été entraîné sur la mauvaise pente par son histoire personnelle et qui est tout à fait capable de bonté et de mansuétude. C'est à mon sens ce récit qui définit irrémédiablement la relation entre Xavier et Magneto, ce qui a été utilisé jusqu'à l'écœurement dans tous les films X-Men.
Quelques mots aussi sur la prestation de Brent Anderson, dessinateur solide qui se lâche totalement et livre des planches d'une intensité et d'une cruauté insoupçonnables jusqu'alors (la scène de torture de cyclope est tout simplement magistrale).
Un grand récit, qui n'a pas vieilli !


Titres écartés au profit de celui-ci:
- Dark Phoenix Saga # 129-138 (que dire de plus sur ce récit ?)
- Ka-zar the savage #9-12 où le héros dessiné par Brent Anderson va se confronter à Belasco dans un récit vraiment difficile et passionnant.
- Uncanny X-Men #174-175 avec le mariage de Cyclope et Madelyne Prior, dessiné par Paul Smith et qui reste pour moi un moment aussi important que le Dark Phoenix Saga et où Claremont met une fois de plus en avant se sperosnnages plutôt que son intrigue.

14. 1982 V for Vendetta, DC Comics (Alan Moore / David Lloyd)

Difficile de commenter cette histoire, puisque tout a déjà été dit dessus. Quelques précisions néanmoins.
Pour ceux qui auraient été touchés par le film (très médiocre) et qui n'auraient vu que ça, jetez-vous sur la bande dessinée !
Elle est à bien des aspects très très différentes puisque tout le contexte de l'Angleterre de l'époque (l'ère Thatcher) ne transparait pas dans le film et que les virtuosités du scénariste ultime (dont certaines pages mêlent récit et musique) sont déjà au plus haut, comme le prouve tout ce travail sur les allitérations en V auxquelle ni la traduction Française, ni les films ne peuvent rendre justice. C'est beaucoup plus complexe et travaillé que ce que l'on imagine et cela préfigure tous les travaux du scénariste qui sortiront par la suite ! Je n'en dis pas plus, vous connaissez, mais quelques mots quand même sur le travail absolument parfait de David Lloyd, qui arrive à retranscrire une ambiance destructrice, glauque et violente sans avoir jamais recours à des images choc ou à des scènes gores. Remercions-le à jamais pour cela !



15. 1983 Daredevil #191, Marvel Comics (Frank Miller/ Terry Austin)

Alors un choix peut-être un peu surprenant quand on pense à Frank Miller sur Daredevil puisque tout le monde aurait pu s'attendre à la mort d'Elektra. Mouais… ce n'est pas mon histoire de Miller préférée et je trouve qu'il a sorti de très bonnes choses sur Daredevil en dehors d'Elektra et de la main. Je pense notamment à la première rencontre DD/Caid qui est à mon sens largement au-dessus. Je voulais un peu mettre l'accent sur autre chose et notamment cet épisode qui est le dernier avant le départ de Miller. Encré par Terry Austin et non pas Klaus Janson, il livre une histoire poignante où Daredevil se retrouve face au Tireur (qui est paralysé dans un lit et qui vient de tuer Elektra) avec un pistolet et joue à la roulette russe avec lui ! En parallèle, Daredevil nous raconte les évènements qui l'ont amené à se retrouver en face du tireur avec un pistolet. Il s'agit d'un jeune garçon qui se prenait pour Daredevil et a tiré sur des gamins de son école qui le maltraitaient.
Derrière cette histoire, on peut bien évidemment voir toute la réflexion de Miller sur l'image du super-héros et son influence sur les jeunes. Ce sont des thèmes qui vont revenir de manière récurrente dès son passage chez DC comics l'année suivante et qui vont bien sûr influencer Dark Knight Returns et tout le reste.
Reste que c'est très bien exécuté et assez osé. Un comics qui ne pourrait plus exister aujourd'hui chez Marvel/Disney où tous les super-héros sont rajeunis et intégrés au forceps au moule du "gentil super-héros qui pourrait être adapté au cinéma".


16. 1984 Legion of Super Heroes #1-5 : an eye for an eye, DC Comics (Levitz/Giffen-Lightle-Mahlstedt)

Là aussi un choix un peu surprenant car je ne parlerai pas de GREAT DARKNESS SAGA, tout simplement parce que (même si cette période de la légion est fantastique) à mon sens, ces premiers numéros du volume deux de cette série sont nettement meilleurs. Levitz et Giffen nous donnent un récit assez difficile, où la violence et les extrêmes sont très présents dans une aventure qui confronte la légion des super-héros avec la légion des super-vilains. Tout ce qui fait la richesse du travail de Levitz et Giffen sur ce titre est résumé ici : gestion de dizaines de personnages sans qu'aucun d'entre eux ne soit spolié, récit grandiose et intense, trahisons, retournements de situations et sacrifice d'un personnage ! Je sais que la legion des super-héros a été très peu publiée en France, mais vraiment, si j'ai un conseil à vous donner et si vous aimez le genre super-héros, cette période (de LEGION vol 1 #284-313 et vol 2 #1-13) est tout simplement magnifique et largement au niveau de ce qui se passait dans les Uncanny X-Men ou dans les Teen Titans. Giffen aux dessins est excellent, même si un peu moins novateur que sur ses autres séries et est parfaitement épaulé par Larry Mahlstedt puis Steve Lightle qui vient lui donner un coup de main sur les dessins. Vous pouvez les trouver en VO en deux albums deluxe et deux TPB et croyez-moi, vous ne le regretterez pas !


Titres écartés au profit de celui-ci:

-Omega Men #1-6 par Roger Slifer et Keith Giffen qui est là aussi un arc assez intense et très violent pour du comics mainstream. Je conseille fortement ces épisodes qui sont vraiment différents de la production de l'époque.
- Legion of Super-Heroes : The great Darkness saga .

17. 1984 THE NEW MUTANTS #18-21, Marvel Comics (Chris Claremont/Bill Sienkiewicz)


J'aurais pu choisir n'importe quelle saga du run de Bill Sienkiewicz sur les New Mutants et j'ai choisi celui sur le démon Bear, même si j'ai une tendresse particulière pour celui centré sur LEGION le fils de Xavier. Là, on parle vraiment de comics qui ont fait évoluer le comics mainstream. Explication : New Mutants est une série dérivée des X-Men qui parle de la seconde génération de mutants, plus jeunes et pas habitués à leurs pouvoirs. Son premier dessinateur (Bob Mc Leod) est excellent mais dans un style très classique, ce qui était la norme à l'époque. Et voilà qu'à partir du numéro 18, Mc Leod est remplacé par Bill Sienkiewicz, qui commence à expérimenter et à tenter de nouvelles choses graphiquement après un passage sur Moon Knight où il s'inspirait beaucoup de Neil Adams. Et quel changement !!! Pour tout vous dire, à l'époque j'avais vraiment détesté (bon, j'avais douze/treize ans et j'étais nourri depuis le début à des dessins très épurés)! Autant vous dire que cela a beaucoup changé depuis puisque Bill Sienkiewicz est pour moi l'un des meilleurs artistes de comics encore vivant. Et il explose toutes les conventions sur ces épisodes (et les suivants) : des peintures, des cadrages, des personnages et comme très souvent, Chris Claremont se met au diapason. Ce qui est assez intéressant avec Claremont c'est qu'il adapte sa narration en fonction de son dessinateur sans que cela semble trop forcé. Il nous propose ici une saga avec Dani Moonstar (la leader de l'équipe) confrontée à un ours-démon qui avait fait disparaitre ses parents quelques années plus tôt.
Autant vous dire que cette période des NEW MUTANTS est assez exigeante en termes de lecture et qu'il faut véritablement faire quelques efforts pour rentrer dans l'histoire. Mais une fois qu'on a fait l'effort, on découvre une virtuosité et une narration beaucoup plus élaborée que ce qui se faisait d'habitude. Pour moi, ces NEW MUTANTS ont tout simplement changé la manière de raconter des histoires dans les comics mainstream, c'était une des premières fois qu'on proposait une narration différente, que s'éloignait de tous les codes de l'époque. Cela a aussi permis paver la voie pour quelques autres dessinateurs dont le style est assez similaire comme JOHN J MUTH, KENT WILLIAMS, DAVE Mc KEAN et autres.
Ce comics est tellement visionnaire que trente ans plus tard, il réussit à être plus moderne que la moitié des productions actuelles.



18. 1984 FANTASTIC FOUR #262, Marvel Comics : The trial of Reed Richards (John Byrne)

Difficile de trouver un épisode ou un arc résumant tout le run de John Byrne sur Fantastic Four. Car non seulement le scénariste/dessinateur est resté très longtemps sur le titre (#232-295) mais il a livré de véritables pépites qui font encore plaisir à lire aujourd'hui ! J'ai choisi ce numéro car pour moi il résume tout à fait l'essence de la première équipe Marvel. C'est un véritable hommage à Stan Lee et Jack Kirby puisque, comme ces derniers, il se met d'ailleurs en scène dans sa propre BD.
L'histoire est très simple : quelques épisodes plus tôt, Reed Richards a refusé de tuer Galactus, prétextant qu'il était une force cosmique et que même s'il se nourrit de planètes entières, semant la destruction et la mort dans son sillage, c'est dans sa nature et ce n'est pas aux humains de décider! Ce qui n'est pas du tout du goût des Shi'ar, sorte de race extraterrestre donneuse de leçons qui se prend pour une sorte de police cosmique, qui décide de capturer Reed Richards et de lui intenter un procès ! Procès qui sera chroniqué par..Byrne lui-même !
Très intéressant encore une fois car il montre une autre facette du vilain ultime, Galactus, un des personnages préférés de l'auteur. Niveau dessins, rien à dire : c'est du John Byrne donc c'est clair et détaillé, précis, du vrai comics.



Titres écartés au profit de celui-ci:

- She Hulk #1-8 toujours par Byrne qui du coup va pousser le bouchon assez loin avec un comic-book humoristique qui brise le quatrième mur, c’est-à-dire que les personnages ont conscience d'être dans une bande dessinée.
- John Byrne's Next Men , qui nous raconte les aventures d'une équipe de "mutants" telle que Byrne aurait aimé les voir. Plutôt sympa même si le côté "je me moque de Marvel et de DC" est un peu trop lourd.

19. TALES OF THE TEEN TITANS #42-44 + annual #3, DC Comics (Marv Wolfman/George Perez/Giordano-De Carlo)

J'ai beaucoup hésité entre JUDAS CONTRACT et les tout premiers épisodes de NEW TEEN TITANS #1-5 avec Trigon. Mais finalement, je pense que cet arc résume tout ce que j'ai pu aimer sur ce titre. En effet, à l'instar de ce qui se passait chez les X-Men en face, TALES OF THE TEEN TTANS et sa suite, NEW TEEN TITANS, réalisés sans exception notable par le duo Marv Wolfman/George Perez arrivent à mélanger super-héros, action, romance, soap sans que cela paraisse forcé ou enfantin. Et je trouve que justement, contrairement aux X-Men, Wolfman et Perez abordent des thèmes un peu plus adultes, tout du moins dans le traitement (rappelons que par exemple, Donna Troy se marie avec un gars qui a dix/quinze  ans de plus qu'elle, divorcé et qui a déjà un enfant, ce qui est impensable chez Marvel ! ) avec des histoires sur fond de drogue, de violence et de sexualité. Et dans cette histoire, c'est tout simplement la trahison d'un des membres de l'équipe au profit de leur pire ennemi qui nous est racontée. Terra a été introduite quelques numéros plus tôt et les deux auteurs en avaient fait une préférée des fans, à l'instar d'une Kitty Pryde chez les X-Men. Sauf que Wolfman et Perez avaient une idée derrière la tête, ils savaient d'entrée ce qui allait se passer et à une époque bénie où internet n'existait pas et où les spoilers n'étaient pas diffusés avant même le début de l'histoire, personne ne l'a vu venir ! C'est pour moi l'essence même du comics de base, des auteurs qui ont un plan sur le long terme, prennent le lecteur à rebrousse-poil pour une révélation fracassante. Vous me direz, ce n'est plus possible actuellement puisqu'il faudrait qu'une équipe artistique reste déjà plus de six numéros sur une série. On a de plus un aspect assez malsain puisque Terra, une quinzaine d'année, fait explicitement référence à une liaison avec Deathstroke, une cinquantaine d'années. Même si c'est suggéré, cela va assez loin. On a donc une très bonne histoire et de splendides dessins de George Perez, le dessinateur star des années 80 avec son style hyper détaillé et des dizaines de personnages par planche sans que cela altère la narration ! C'est excellent !


Titres écartés au profit de celui-ci:

Tales of the New Teen Titans #50 (Wolfman/perez) : le mariage de Donna Troy, un numéro parfait !
New Teen Titans #1-5 : Terror of Trigon (Wolfman/Perez) qui me semble être le meilleur travail de George Perez jusqu'à aujourd'hui !
New Teen Titans #7-10 où Perez est remplacé par José Luis Garcia Lopez qui réussit à rendre des planches encore meilleures que le premier. C'est un festival graphique que je conseille vraiment et cela signe aussi la fin des épisodes incontournables de la série, qui va vivoter après.

20. 1985 ?
Ce titre fera partie de mon TOP 10 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fred le mallrat

avatar

Nombre de messages : 3415
Age : 43
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Lun 8 Aoû 2016 - 21:58

Je suis bien accord avec toi sur la légion.. ce sont mes favoris aussi.
par contre ça manque de Cap america (et je comprendrais jamais la passion de tant de vfiste pour Rom..)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Lun 8 Aoû 2016 - 23:24

Rom, moi je l'ai en VO et c'est quand même vachement bien jusqu'au 50 avec le relooking des spectres noirs ! Faut dire que la VF était charcutée !!!!
Pour cap, je suis pas sûr que j'en ai !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: top 100 partie 3    Mar 9 Aoû 2016 - 11:34

21. 1985 SQUADRON SUPREME, Marvel Comics (Mark Gruenwald / Bob Hall-Paul Ryan-John Buscema / John Beatty)

Alors sur la jaquette du recueil, les commentaires n'y vont pas avec le dos de la cuillère : AVANT WATCHMEN, IL Y A EU SQUADRON SUPREME.
Bon, même s'il y a une filiation (une équipe de SUPER HEROS traités par un biais très humain et assez réaliste) on ne joue pas dans la même catégorie.
Je n'ai pas les dates en tête, mais il me semble qu'une caractérisation un peu humaine des héros avait déjà eu lieu dans le NEW UNIVERSE et surtout les DP7 , dessinés justement par RYAN et scénarisés par , tiens tiens , MARK GRUENWALD (Entre parenthèses, cette série vaut nettement le coup d'œil).
SQUADRON SUPREME se poste donc à mon sens plus comme un prolongement de DP7 que comme un pré-WATCHMEN.
Mais c'est en dépit de tout plutôt bien exécuté. L'idée de SUPER HEROS qui mettent à profit leur pouvoirs pour soi-disant aider et créer une utopie, pour résoudre les problèmes mondiaux est une problématique qui va être utilisée dans beaucoup d'autres histoires , et pour moi, ce serait plus un précurseur de THE AUTHORITY qu'autre chose ou de toute cette thématique propre à WARREN ELLIS.
L'histoire commence fort bien, avec des numéros assez percutants, des relations entre les personnages extrêmement bien fichues et des situations bizarres (la femme singe tombant amoureuse d'un nain, etc...) qui pourraient faire un petit peu penser à la DOOM PATROL.
GRUENWALD part avec le principe d'une UTOPIE où tout réussit aux super-héros pour finalement noircir de plus en plus son récit et nous montrer que chaque action, aussi pure soit-elle, peut engendrer de fâcheuses conséquences. Oui, on parle du libre arbitre dans SQUADRON SUPREME, et si on réfléchit bien, ce n'est pas vraiment anodin politiquement (SQUADRON SUPREME sortant en 1985 , c'est à dire l'année de la deuxième élection de RONALD REAGAN). Je ne peux pas m'empêcher de voir une œuvre politique là-dedans. Bien cachée peut-être, mais tout est là.
Jusqu'au n°8-10 SQUADRON SUPREME est brillant !
Ca se gâte un peu sur la fin.
Un truc un peu trop rapide, comme si GRUENWALD en savait plus trop là où il voulait aller. Se sentant un peu piégé par ce qu'il a mis en place. Il applique donc la politique de la terre brûlée, et massacre pas mal de ses persos. Ca se fait trop rapidement à mon goût.
En attendant, SQUADRON SUPREME reste une excellente série, qui était quand même très intéressante dans le contexte, cela a un petit peu vieilli mais c'est vraiment intéressant dans le traitement.


22. 1985 ? sera dans mon TOP 10 final


23. 1986 BATMAN : DARK KNIGHT RETURNS, DC Comics (Frank Miller/Klaus Janson/Lynn Varley)

Evidemment, cela semblait difficile de faire un Top 100 comics sans parler de Dark Knight Returns, même si finalement, il ne rentrera pas dans mon TOP 10. En effet, plus je relis ce Dark Knight, moins j'y trouve de qualités même si cela reste sans aucun doute un comics de référence qui a tout changé pour le "caped crusader". Peut-être que j'ai lu trop de choses sur ce personnage, peut-être que le discours de Miller a un peu vieilli. Rien à redire en revanche sur les dessins.
Pour ceux qui vivraient sur une autre planète, voici un bref résumé de cette mini-série:
Nous voici une vingtaine d'années dans le futur. Alors que le commissaire Gordon prend sa retraite, tout le monde se félicite de la disparition de Batman depuis dix ans. Et pourtant, Gotham ne va pas bien, elle est gangrénée par les gans (les fameux "mutants"), des criminels ultra violents dont les actes vont pousser Bruce Wayne à reprendre le costume. Sauf que cette fois-ci, les méthodes du justicier sont extrêmes ! Il n'hésite pas à maltraiter ses victimes et à leur faire mal ! Le retour du batman va entrainer une réaction gouvernementale qui va embaucher le meilleur des super-héros, Superman, pour faire le ménage.
Vous ne vous y trompez pas, le script ressemble un petit peu à celui du film Batman vs Superman mais je vous rassure, cela n'a rien à voir avec la copie médiocre de Zack Snyder. En effet, si le réalisateur ne raconte rien et ne reprend que des passages de cette bande dessinée, Frank Miller nous donne ici tout un discours politique assez clair. L'homme ne peut se faire justice que tout seul et ne doit compter sur personne d'autre. C'est un petit peu extrême, surtout vu des années 2016 mais encore une fois, Miller est le premier à avoir tenté ce genre de choses. Il a toute une réflexion sur le surhomme, ce qu'il doit faire et ce qu'il peut faire. Et l'opposition entre l'humain et le surhumain est savoureuse. C'est bien évidemment une série importante, mais finalement c'est un peu celle qui, prise au premier degré, a complètement changé la donne sur le personnage pour le meilleur mais surtout pour le pire !  Du coup, j'aurais presque tendance à préférer son DARK KNIGHT 2 car c'est à mon sens dans ce bouquin (écrit en plein milieu de l'attaque du 11/09) que Frank Miller passe du côté obscur, aussi bien au niveau des dessins que de l'histoire…


24. 1986. ? Sera dans mon TOP 10

25. 1986, MIRACLEMAN #11-16 OLYMPUS, Marvel Comics (Moore/ Totleben)

Attention, grosse grosse BD !
Le scénariste nous livre ici, après un arc peut-être un peu faible, une histoire tout juste mémorable, surtout si on la remet dans son contexte historique. Après avoir complètement défini son personnage et son histoire, bref, après s'être intéressé au passé de Mike Moran, l'alter ego de Miracleman, les auteurs nous emmènent dans le futur, en faisant un bond de quelques années dans le temps. Sous forme de flashbacks, le scénariste nous propose de découvrir l'ascension de Miracleman mais aussi de toute l'humanité dans son sillage. Car notre héros est devenu un dieu et crée son propre panthéon. On découvre ici l'histoire originale, celle qui a véritablement posé pour la première fois la question de ce que deviendrait l'humanité si un surhomme prenait le pouvoir. Les questions que se pose l'auteur sont des questions qui vont revenir dans beaucoup de ses œuvres, notamment la place du surhomme et sa signification pour les autres. En dehors de ça, nous avons aussi une très grande histoire, avec le réveil de Kid Miracleman qu'on sentait poindre depuis un moment et des scènes de destruction massive entre des dieux tout puissants. C'est beau et la fin du combat entre Mike et Johnny est juste poignante. De plus, elle fait le lien avec un épisode de transition dessiné par STEVE DILLON dans Miracleman #2 et qu'on pensait sans conséquences. Cela signifie que l'auteur avait déjà tout prévu depuis le début, ou alors qu'il a su retomber de manière impeccable sur ses pattes (je penche pour la première solution). C'est magistral au niveau de l'histoire, mais la forme est tout aussi sublime, on voit vraiment que les deux auteurs jouent avec le format en proposant un numéro où Miracleman danse et des scènes d'amour oniriques. Le scénariste réintroduit les Warpsmiths dont les premières aventures prennent aussi tout leur sens et va assez loin en proposant certainement à travers eux toutes ses pensées et ses idées sur l'humanité.
Avec le recul, l'utopie proposée par Moore semble assez osée et peut être un peu naïve, mais n'oublions pas que ce comics a été écrit il y a presque trente ans, et que le monde a changé. En tout cas, Moore, comme beaucoup d'autres Anglais à cette époque, utilise son personnage et sa bande dessinée comme réel vecteur de ses idées politiques, poussant parfois le bouchon assez loin (Charles Manson comme directeur d'un centre pour enfants battus, la suppression de toute forme d'argent, voire une scène d'anthologie entre Miracleman et Maggie Thatcher) mais aussi de ses idées plus personnelles, avec les partouses entre les six époux Warpsmiths lors d'un décès. Toutes ces idées prennent leur envol dans le dernier numéro, double dans lequel Moore ferme définitivement la porte.
De plus, cette fois-ci, tous les épisodes sont dessinés par John Totleben qui apporte exactement le style qu'il faut sur ces histoires. Là aussi, c'est tout simplement magistral et on peut s'extasier sur de nombreuses pages. La maestria du dessinateur est évidente et c'est un pur régal. Totleben arrive à traduire toutes les nuances et toutes les émotions voulues par le scénariste de manière impeccable.

Ce troisième arc, OLYMPUS, est à mon sens un indispensable pour tous les lecteurs de comics, aussi bien pour les anciens (qui retrouveront les prémices de tout ce qui viendra après) mais aussi pour les lecteurs plus occasionnels, qui pourront être surpris de voir qu'on peut faire passer des idées politiques et radicales dans une bande dessinée. Véritablement un moment important.


26.1986  ? Sera dans le TOP 10

27. 1987 Batman Year One, DC Comics (Miller / Mazzuchelli)

Deuxième étape de la déconstruction de Batman par Frank Miller après son Dark Knight Returns. Personnellement, je préfère nettement celui-ci au précédent. Après nous avoir narré la fin de Batman, Miller s'intéresse ici à ses origines et il les réécrit plutôt bien, avec une force dans la narration qui est cette fois-ci magnifiée par le talent de David Mazzuchelli dont cela reste quasiment la dernière œuvre de super-héros. Miller en fait beaucoup moins et se concentre uniquement sur l'histoire, donnant une profondeur à ses personnages assez impressionnante. La relation Gordon/Batman/Bruce Wayne est toujours très bien exécutée et l'histoire est franchement prenante. Ce que j'aime par-dessus tout, c'est le design assez retro de David Mazzuchelli qui fonctionne parfaitement. Après, ces quatre épisodes du duo sont devenus des incontournables, et ont permis carrément de lancer des séries qui se basaient dessus (comme le Catwoman de Cooke par exemple). C'est donc une œuvre importante, beaucoup plus maîtrisée que le Dark Knight Returns et dessinée par un maître de la narration !
Idéal pour commencer !


28.  1987 Kraven's last hunt, Marvel Comics (De Matteis / Zeck)

Depuis Watchmen ou Dark Knight, le "grim and gritty", c’est-à-dire une ambiance sombre et réaliste s'est imposée dans les compagnies d'édition, qui cherchent toutes à surfer sur ce style. C'est bien évidemment un peu plus compliqué pour Marvel qui est en phase de transition et qui va chercher, elle aussi, à faire son "watchmen". Elle va donc laisser carte blanche au scénariste J.M. De Matteis, réputé pour ses récits assez alambiqués (il suffit de lire sa prestation sur DEFENDERS) et un peu bizarres et au dessinateur Mike Zeck pour livrer un récit noir sur le super-héros alors le plus populaire de la firme… Spider-Man.
De Matteis nous propose donc tout un travail sur le poème The Tyger par William Blake (ce qui n'est pas très nouveau dans la mesure où Moore s'en était déjà servi dans Watchmen) qui devient alors Spyder, spyder. Cela peut sembler assez ridicule mais les six épisodes sont vraiment bons, avec un Kraven le chasseur (un des ennemis historiques de Spider-Man) décidé à aller jusqu'au bout pour se venger du super-héros, quitte à le tuer et prendre sa place ! Je vous rassure tout de suite, Spider-Man ne meurt pas mais il se retrouve enterré vivant durant quelques jours, au moment même où Vermine, un homme-rat, fait un carnage dans les égouts de la ville (au passage, excellent personnage qui met bien en relief le comportement de Kraven et de Peter Parker à son égard). C'est glauque, il y a des scènes dérangeantes (Kraven mange des araignées, Peter enterré vivant, Vermine) et la fin est sans concession puisque les artistes nous réservent le premier suicide d'un personnage important des comics. Je l'ai relu il y a quelques mois et cela se tient toujours bien, même si le style de De Matteis est encore un peu ampoulé. En revanche, rien à dire sur les dessins de Mike Zeck, excellents du début à la fin pour ce qui est l'une des meilleures histoires du tisseur de toile !

Titres écartés au profit de celui-ci:
Spider-Man Life in the Mad Dog Ward (Ann Nocenti/Cynthia Martin) (Web of Spider-Man #33 – Amazing Spider-Man #295 – Spectacular Spider-Man #133)  qui traite de manière magistrale le problème des asiles et de la folie.


29.The Question #5, DC Comics (Dennis O'Neil / Denys Cowan/ Rick Magyar)

THE QUESTION est un personnage apparu en 1967 en tant que back-up de huit/dix pages dans le comic-book BLUE BEETLE chez CHARLTON COMICS ; le rédacteur en chef de CHARLTON, DICK GIORDANO à l’époque ne voulant pas donner sa propre série à ce personnage. A la fin de l’aventure CHARLTON, DC rachète les droits de tous les personnages et recommence à publier dès 1984 les aventures de PEACEMAKER (dans la série VIGILANTE) , CAPTAIN ATOM ou BLUE BEETLE. Les créateurs de CHARLTON à l ‘époque (DENNIS O’NEIL, STEVE SKEATES, JIM APARO et STEVE DITKO, le créateur du personnage) partent ailleurs, chez DC et MARVEL signant la fin de la compagnie, en 1968.
Avant 1986 ; le personnage de THE QUESTION n’avait donc été publié que dans 64 pages de comic-book en tout et pour tout. La réapparition de ces personnages dans la maxi série CRISIS ON INFINITE EARTH et la bonne réaction des fans quant à la série régulière BLUE BEETLE a donc incité DC à offrir plus de visibilité aux super héros CHARLTON. En 1985 donc, dans le bureau des deux plus vieux rédacteurs en chef de DC, MIKE GOLD et DENNIS O’NEIL, germe alors l’idée de reprendre le personnage de DITKO pour lui donner sa propre série mensuelle. O’NEIL arrivait de chez MARVEL (où il avait scénarisé DAREDEVIL et IRON MAN) et voulait reprendre les rênes d’une série régulière tout en continuant son travail d’éditeur de la ligne BATMAN. Ne voulant pas se réapproprier BATMAN ou GREEN ARROW, il décide donc avec MIKE GOLD de s’intéresser à THE QUESTION ! GOLD récupère les 64 pages des précédents comics de chez CHARLTON et les donne à O’NEIL qui est plus qu’enthousiasmé à l’idée de faire la série. L’idée est de faire une approche philosophique du personnage, de faire un héros motivé uniquement par la curiosité et surtout, de ne pas lui donner un alter égo. VIC SAGE agirait dans la vie de la même manière que THE QUESTION, c’est simplement son identité secrète ! Ils décident d’en faire un personnage plutôt antipathique, sans véritable connexion avec le lecteur, qui ne peut s’identifier au héros, ce qui ne nécessite pas de prime abord de faire apparaître un vilain récurrent qui deviendrait la Némésis du personnage. De plus, chaque numéro se devrait d’avoir un thème bien précis, de poser des questions bien particulières sur la société, la philosophie ou les valeurs humaines.
La série prend forme, surtout lorsque DICK GIORDANO, devenu rédacteur en chef de DC donne son approbation. Il ne reste plus qu’à trouver un dessinateur.
GOLD et O’NEIL pensent immédiatement à ERNIE COLON, alors occupé sur la mini-série COSMIC BOY, mais ce dernier va refuser la série quelques semaines plus tard car il est débordé. O’NEIL décide alors d’engager DENYS COWAN , qui avait déjà fait des numéros de VIGILANTE ou de TEEN TITANS SPOTLIGHT (STARFIRE) et qui venait de finir un arc de BATMAN par MAX ALLAN COLLINS. COWAN était à la recherche d’un travail régulier et se jette sur THE QUESTION avec une motivation incroyable, produisant des planches en un temps record et s’impliquant à fond dans le processus narratif dès le quatrième numéro de la revue. Il faut maintenant trouver un encreur, et MIKE GOLD hésite entre RICK BURCHETT et RICK MAGYAR qui travaille sur VIGILANTE avec TOD SMITH.
GOLD place BURCHERTT sur VIGILANTE et embauche MAGYAR, qui lui aussi s’implique fortement dans la série.
La couverture du premier numéro va être signée BILL SIENKIEWICZ, qui décide alors de garder son empreinte sur la série en encrant dès le numéro 2 les couvertures de COWAN , pour un résultat assez exceptionnel !
Il est décidé de publier THE QUESTION dans un format DELUXE, c’est à dire composé de 27 pages de comic et avec un papier de très bonne qualité à 1,50$ vendu uniquement dans les librairies spécialisées. (C’est par exemple le premier format de publication de WATCHMEN, VIGILANTE, NEW TEEN TITANS et INFINITY INC. )
Nous sommes en 1986 et alors que THE QUESTION #1 arrive sur le marché, DC publie aussi WATCHMEN #6, qui commence à connaître un énorme succès et THE DARK KNIGHT TPB !
Précisons les origines du personnage :
VIC SAGE est un orphelin qui n’a jamais connu ses parents. Il a été élevé dans l’orphelinat de HUB CITY où il été baptisé CHARLES VICTOR SZASZ (il prendra le nom de VIC SAGE lorsqu’il commencera une carrière de journaliste à la télévision).
Le journaliste travaille dur pour exposer à la face des téléspectateurs le crime et la corruption de sa ville, mais sans résultat apparent. Sa vie va changer lorsque son ancien professeur d’université, ARISTOTLE RODOR , lui indique qu’un de ses anciens collègues de recherche, ARBY TWAIN (aidé au départ par RODOR) a fabriqué une peau synthétique , qui , due à une impureté dans le gaz qui doit la coller à la peau humaine, s’est souvent avérée mortelle. RODOR a la preuve qu'ARBY essaye de vendre ce PSEUDODERME aux pays du tiers monde sans en avoir changé la formule !
Pour masquer son identité, SAGE va utiliser ce fameux PSEUDODERME avec une version modifiée du gaz qui le colle à sa peau. Le masque efface en effet tous les traits de SAGE, laissant à la place un individu sans visage nommé THE QUESTION !
Autant vous dire que toute la série, qui dure une trentaine de numéros, est absolument excellente et qu'il faut vraiment la lire de toute urgence. J'ai décidé de consacrer ce petit paragraphe au numéro 5, qui est selon moi le meilleur de la série.
En effet, après le premier arc où VAC SAGE dénonce les agissements du maire véreux de la ville, cette dernière est en proie au chaos et les auteurs vont s'intéresser au quotidien des habitants pris dans cette folie. On suit donc une secrétaire, son patron, une vieille dame qui part travailler alors que c'est la grève des bus ainsi que VIC, qui se demande quelle est sa place dans tout ce bazar. Et cela ne finit pas bien !
Cet épisode de THE QUESTION est certainement l’un des meilleurs de toute la série, non seulement parce que l’on touche à l’essence même du personnage et des idées développées par O’NEIL, comme le contrat social, la misère humaines, les faiblesses des hommes et l’espoir de rédemption, mais aussi parce que la caractérisation des personnages est absolument parfaite. En quelques lignes, quelques mots, tout est dit, tout est posé.
O’NEIL nous montre ici la face sombre de la nature humaine sans être trop lourd ou trop pompeux : il nous livre toutes ces émotions sans aucun filtre, et on se prend réellement toute cette violence et ce malheur en pleine face, sans pour autant que ce soit provocateur ou trop surjoué. C’est une réalité qui choque et qui fait mal.
Personnellement, le destin de MAUD (la vieille dame qui attend le bus dans le froid) , qui clôt l’épisode de manière magistrale m’a énormément touché, car cela résume quasiment tout ce qui est écrit dans ces 27 pages, un destin tragique et pas maîtrisé.
Vic s’aperçoit qu’il ne peut pas tout résoudre, mais que ce n’est pas une raison pour laisser tomber : il va donc reprendre sa carrière de journaliste et exposer la corruption, sans jamais rien lâcher. Les muscles ne suffisent pas.
Tout espoir n’est pas complètement perdu : on assiste au début de la rédemption d’IZZY O’TOOLE qui va devenir l’un des personnages secondaires de la série, mais  c’est vraiment sombre et déprimant !
On peut quand même noter le parallèle avec WATCHMEN, qui était en cours de publication à la même époque, et l'hommage est évident au moins sur les faits sur les faits (un viol et une défenestration) même si l'étude porte plus sur l'humain que sur le super héros et que la critiques sur le médium n'est pas présente. Mais il n'y a que 27 pages.
O’NEIL nous livre ici un récit absolument humain, avec toutes ses faiblesses et qui est superbement mis en images par COWAN et MAGYAR, qui offrent cette fois ci un découpage serré, beaucoup plus que d’habitude, ce qui semble logique vu le nombre d’histoires que O’NEIL va raconter ici. Toutes ces personnalités qui se cherchent car elle ont au départ été salies par HUB CITY (dont le rappel historique nous montre qu’elle a été bâtie sur un meurtre ! ) , et O’NEIL nous dévoile cela de manière tout à fait MAGISTRALE ! Un énorme moment !


Titres écartés au profit de celui-ci:
GREEN ARROW : LONGBOW HUNTERS #1-3 (Mike Grell) : une mini-série qui va lancer la nouvelle série Green Arrow qui se balade dans les mêmes eaux que THE QUESTION.

30. 1988 Animal Man #5, DC Comics (Grant Morrison/ Chas Truog)

Les auteurs britanniques ayant pris le pouvoir chez DC Comics qui leur propose de relancer de vieilles séries avec un ton beaucoup plus adulte, c'est sans aucune surprise que l'on voit débarquer sur Animal Man, un héros plus que secondaire, un jeune auteur prometteur qui s'était fait remarquer outre-manche par des récits un peu subversifs ; Grant Morrison !
Qui est Animal man ?
Buddy Baker possède la capacité d'absorber les pouvoirs des animaux qui l'entourent. Utilisant ses pouvoirs afin de servir la cause animale, il va rencontrer divers personnages bizarroïdes. Les quatre premiers épisodes de la série sont plutôt naïfs (enfin, pour du Morrison) puisque le discours est très clair et très premier degré. Morrison est un pro de la protection animale et tout son discours repose sur les méfaits de l'expérimentation sur des cobayes non humains. Mais c'est dans l'épisode cinq que les aventures du héros commencent réellement à décoller. Morrison invente une histoire exceptionnelle, une sorte de manifeste de Wile E Coyote (Vil Coyote en VF) qui en a assez de se faire écraser, décapiter, humilier juste pour faire rire les gens.Vous ne rêvez pas, c'est bien le personnage du dessin animé qui vient nous raconter son histoire, dans un plaidoyer assez énorme sur la violence envers les animaux de cartoon à la télévision. C'est vraiment superbement réussi. C'est aussi dans cet épisode que Grant Morrison commence à briser le quatrième mur, en faisant rencontrer leur créateur à des personnages de fiction. Cette idée atteindra d'ailleurs son apogée lors de la fin de run de Morrison sur Animal Man où Buddy Baker va rencontrer en chair et en os … Grant Morrison !
Si les dessins ne sont pas formidables, ce numéro est vraiment très important dans la mesure où, avec une forme très originale et vraiment inédite, le scénariste propose un message de fond assez important, qui résonne encore plus fort de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P'tit LU

avatar

Nombre de messages : 1545
Age : 31
Localisation : Saint-Georges-lès-Baillargeaux
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 9 Aoû 2016 - 11:59

Ah la la, quelle bonne fournée de comics ! Dieu crée, l'homme détruit est probablement ma lecture préférée des X-Men, passionnant de bout en bout. Comme beaucoup j'ai adoré les épisodes de Claremont/Byrne, mais ce bouquin, je trouve que c'est le sommet des mutants.

Je n'ai lu que les 8 épisodes de la V2 de la Légion, mais c'était en effet très enthousiasmant. Une multitude de personnages qui peut effrayer au premier abord (même si je me doute que quelqu'un qui découvre les X-Men à la même époque doit avoir le même souci, on est d'accord) mais les auteurs parviennent à présenter ce petit monde sans nous submerger d'informations. J'ai la suite dans mes bacs, à coup sûr je le lirai un jour Smile

Toute la période des Nouveaux Mutants de Sienkiewicz est un régal. J'ai détesté à ma première lecture, mais quand j'ai eu le déclic, ce sont devenus mes épisodes préférés de la série. J'appréciais le ton que la série avait jusque là, une série pour ado avec des dessins gentillets, j'étais confortablement installé dans la série. Elle ne cassait pas la baraque mais j'appréciais les personnages et je les suivais avec plaisir. On peut dire que le ton a bien changé avec l'arrivée de Sienkiewicz Laughing On est parti dans une direction totalement différente, qui ne m'a pas parlé au départ mais que j'ai fini par apprécier (et même plus). Le départ de Sienkiewicz a été une déception...
Et pour la petite histoire, j'ai suivi la série avec 20 ans de retard, la lisant dans les Titans en vente dans la boutique de BD d'occasion dans laquelle je travaillais. Quasiment pas de Strange ou de Spécial Strange, j'avais bien lu des albums X-Men Lug mais Nouveaux Mutants est la série mutante des années 80 que j'ai suivi, bien avant de lire les aventures des X-Men plus tard en Inétgrale. Et cerise sur le gâteau, les Nouveau Mutants étant des personnages secondaires, je n'avais aucune idée de ce qui avait pu leur arriver par la suite puisque les personnages n'apparaissaient pas dans les magazines X-Men des années 2000 que je lisais (à leur sortie, pour le coup). Pas de risque de spoiler, tout était possible Smile
Finalement Sam, Rahne, Dani, Roberto, Amara, Doug, Warlock, c'étaient mes X-Men. Bien plus que Cyclope et les autres.

Et V pour Vendetta, bon, grosse grosse claque. J'étais au lycée quand je l'ai lu, j'ai vite compris que c'était une oeuvre qui allait me marquer profondément. Les comics pouvaient servir à véhiculer un message politique, c'était complètement inédit pour moi. En plus, c'était passionnant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
psychocouac

avatar

Nombre de messages : 2210
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 9 Aoû 2016 - 13:46

Belle liste (enfin beau début) et sacré boulot!

Je suis généralement d'accord avec toi sur l'énorme qualité des comics que tu cites. Et tu m'as sacrément donné envie d'en découvrir d'autres:
- Je ne crois pas avoir jamais lu "dieu crée l'homme détruit" et pourtant cette cover me faisait rêver dans les pubs Strange.
- il en est de même pour la dernière chasse de Kraven. Un de ces classiques (parus en VF chez édition USA à l'époque je crois) qui me faisait rêver mais sans que je puisse jamais allez au bout.
- il faudrait vraiment que je trouve le moyen de lire la légion des super héros un jour. Et aussi les teen titans. Je n'ai jamais lu beaucoup de DC ce qui fait qu'à part un ou deux numéro Arédit, je suis totalement passé à coté de ces séries (bon il faut dire que les publications françaises étaient beaucoup plus rares que pour Marvel).

Tu m'as aussi fait remonter des grands moments de lecture.
-Je suis un fan de Squadron supreme même si je n'en ai jamais lu la fin (d'après ce que tu dis, ce n'est pas forcément une mauvaise chose).
-Les FF de Byrne étaient magiques et je garde effectivement un bon souvenir du procès de Reed (par contre, dans mes souvenirs, ce n'est pas tant qu'il avait refusé de tuer Galactus mais plutôt qu'il lui avait sauvé la vie alors qu'il allait mourir - bon ça ne change pas grand chose)
- je ne parle pas des classiques de Batman que tu cites (et j'imagine que tu en citeras d'autres, ce personnage ayant été mis en scène dans tant d'histoire cultes)

Par contre, j'aime beaucoup Camelot 3000 (encore une de ces histoires qui me faisaient rêver plus jeune, sauf que j'ai pu finalement l'obtenir lorsqu'elle a été réédité il y a quelques années) mais je ne suis pas sur que je le mettrais dans un top 100.

Enfin bon, j'ai hâte de voir la suite de ta liste.
Ça me donnerait presque envie d'en faire une aussi mais je doute fort qu'elle serait aussi intéressante et documentée que la tienne.


Dernière édition par psychocouac le Mer 10 Aoû 2016 - 1:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 9 Aoû 2016 - 13:53

Merci pour tous ces retours, faut tenter vos listes, on s'en fiche, l'important c'est de partager !
En ce qui concerne DC, URBAN a fait un boulot pas dégueulasse même s'il manque quand même des trucs. Après, c'est vrai que depuis 2/3 ans la politique de réedition de Marvel et DC en VO est vraiment sympa avec de gros pavés qui reprennent plein de vieilles séries. Mais effectivement, il faut franchir le cap de la VO (ou alors retrouver les comics AREDIT, entre les JEUNES T, CRISIS, LES VENGEURS (avec le LEGION JUSTEMENT), et COMICS PARADE (avec deux bonnes séries, VIGILANTE et SUNDEVILS) tu as de quoi te faire plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
psychocouac

avatar

Nombre de messages : 2210
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 9 Aoû 2016 - 14:32

Je ne lis quasiment plus que de la VO en comics. Si tu as des conseils sur les recueils de la légion à lire. J'ai vu ça
The Legion of Super-Heroes: The Great Darkness Saga
et ça
Legion of Super-Heroes: The Curse
mais ce n'est manifestement pas le début de la série. Et je ne sais pas si ça peut être un bon point de départ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mar 9 Aoû 2016 - 18:25

Oui, c'est un très bon point de départ, le début de GREAT DARKNESS est pas foufou, mais c'est le meilleur point d'entrée possible.
Mon conseil,
Si tu as des sous : prends le GREAT DARKNESS SAGA et si tu adhères, tu peux foncer sur THE CURSE (qui est la suite directe) et ensuite les deux TPB AN EYE FOR AN EYE et l'autre dont je ne me rappelle plus le nom.(THE MORE THINGS CHANGE).
Sachant que la qualité croît exponentiellement.

SI tu veux mettre moins cher : commence direct par AN EYE FOR AN EYE, qui est un excellent point d'entrée aussi (c'est un vrai numéro 1 de série) et si ca te plaît, tu prendras les autres, même si cela raconte des choses antérieures. J'aurais même tendance à te conseiller cette option car vraiment c'est un excellent TPB !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
psychocouac

avatar

Nombre de messages : 2210
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mer 10 Aoû 2016 - 1:03

Bon 20€ pour great darkness, ca reste une bonne affaire vu le nombre de pages donc je crois que je vais tenter l'aventure avec ça. Merci pour les infos en tous cas Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doop

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   Mer 10 Aoû 2016 - 10:22

le thread est fait pour ça, c'est un plaisir ! La quatrième partie demain certainement, là je récupère un peu Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mes 100 comics préférés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes 100 comics préférés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France-Comics :: Forum des lecteurs de France-Comics :: Question Comics-
Sauter vers: